La commune de Neuvy
(un peu d'histoire et de géographie)

Visite en photos

l'étang de BeauchampAu sud de la Bourgogne, en Saône et Loire, se niche entre prés et bois, le village de Neuvy-Grandchamp. De ses 360 m d’altitude, il surplombe des pâturages bocagers et doucement vallonnés au milieu desquels serpente, de la Chapelle-au-Mans à Saint-Agnan, le Blandenan. Ce petit cours d’eau sinueux est parsemé d’étangs poissonneux : Briffaut, Beauchamp.

 

La vaste étendue de cette commune de tradition rurale favorise l’élevage et en fait l’écrin naturel de la fameuse race charolaise. Commerces, services et associations assurent aux 821 habitants de la commune l’agrément d’une existence à la fois paisible et animée. La conjugaison de ces deux qualités fidélise une population jeune et attachée à cet art de vivre : travaillant souvent en dehors de la commune, elle n’en désire pas moins demeurer à Neuvy-Grandchamp.

 

le bourg de NeuvyAu IXème siècle, Neuvy-Grandchamp portait le nom latin de «Novus Vicus», qui devint «Noviacus» au XIIIème siècle, «Novovico» au XIVème, «Neufvy» au XVIIème, pour devenir «Neuvy» au XVIIIème siècle. Un décret présidentiel en 1891 lui a associé le lieu-dit « Grandchamp », du nom d’une houillère alors en activité.

 

En 1865, Neuvy-Grandchamp compte plus de 1300 habitants pour atteindre 1500 habitants en 1886. Situées à proximité d’un château, les forges de Beauchamp sont connues dès la fin du XVIème siècle. Succédant à un complexe de fourneaux médiévaux, les forges produisaient un peu de fer à usage local ou exporté par la Loire. Cité prospère, ce fut l’un des établissements les plus compétitifs de la région. L’usine cessa définitivement ses activités en 1834. A la même époque, la houillère de Grandchamp entra en exploitation avec la famille Ramus. Cette mine riche de 7 puits, dont 4 en activité, avait un chemin de fer, des logements d’ouvriers et une école. Prospère vers 1850, elle ferma ses portes en 1878 par manque de rentabilité. La houillère rouvrit pendant les deux guerres mondiales. Elle servit de refuge aux réfractaires du S.T.O.. L’exploitation fut définitivement arrêtée en 1948. On peut en voir les ruines au lieu-dit «La Mine». Après cette période industrielle, Neuvy redevint un village essentiellement agricole.

Retour à l'accueil